Côte d’ivoire : L’alphabétisation, un puissant levier pour l’autonomisation des femmes

Côte d’ivoire : L’alphabétisation, un puissant levier pour l’autonomisation des femmes


Date: February 26, 2015
  • SHARE:

Abidjan, 27 février: Le taux d’analphabétisme en Côte d’ivoire est très élevé, soit de 51% selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Education la Science et la Culture (l’Unesco). Face Á  cet état des lieux, il convient de retenir l’importance capitale de l’alphabétisation en vue de l’autonomisation des femmes dans notre pays.

«L’éducation et l’alphabétisation des femmes et des filles demeurent un défi planétaire », déclarait en 2012 Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco. Le défi est gigantesque et les données parlent d’elles-mêmes. Moins de 40% des pays assurent aux filles et aux garçons un accès égal Á  l’éducation. Sur presque 800 millions d’adultes analphabètes dans le monde, deux tiers sont des femmes vivant en Asie du Sud, en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient. Au Soudan du Sud, 88% des femmes sont analphabètes, 50% le sont en Inde comme au Bangladesh.

En Côte d’ivoire, le taux d’analphabétisme est très élevé car il touche un peu plus de la moitié de la population selon l’Unesco. Malgré ses énormes potentialités humaines et matérielles, la Côte d’ivoire est encore Á  la traîne et des milliers d’ivoiriens sont incapables d’être autonomes car ils ne savent ni lire ni écrire. Et sur ces 51% d’Ivoiriens analphabètes, 60% sont des femmes et 40% des hommes. L’éducation est pourtant un droit et un outil d’autonomisation personnelle, sociale et économique, a rappelé le ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique, Kandia Camara, Á  l’occasion d’un récent message Á  la population.

Le gouvernement y réaffirme Á  tous l’intérêt de savoir lire, écrire et calculer mais surtout rappelle l’importance de l’alphabétisation et de l’éducation des adultes, des jeunes peu ou non scolarisés. Pour réduire ce taux d’analphabétisme de 51% et le ramener Á  35% d’ici 2020 comme le prévoit le gouvernement ivoirien, plusieurs stratégies ont été élaborées. Il s’agit entre autres de l’amélioration de l’accès et le maintien au sein de l’école formelle, le développement de formes alternatives d’éducation pour faire face Á  l’analphabétisme des jeunes en âge scolaire, non scolarisés ou déscolarisés prématurément.

En sus de ces stratégies, la société civile n’est pas en reste. Elle qui se bat sans cesse tous les jours pour assurer, selon ses moyens, l’éducation primaire Á  tous. Plusieurs ONG s’activent sur le terrain pour redonner Á  la fille et Á  la femme leur dignité et surtout une autonomisation palpable et tangible. Plusieurs programmes sont élaborés pour que les femmes aient l’opportunité d’être en contact avec le programme Lecture, Ecriture et Calcul. Car nombreuses sont celles qui demeurent encore dans l’obscurité intellectuelle que génère l’analphabétisme. Le programme LEC les sortirait sans nul doute de la pauvreté et de la faim en leur accordant une indépendance financière. Un cas d’école nous conforte dans cette position. Car en effectuant un reportage au siège de l’Association Imagine le Monde (AIM), Á  Gonzagueville, un sous-quartier dans de la commune de Port-Bouët dans le district d’Abidjan, la corrélation entre l’alphabétisation et l’autonomisation, notamment celle des femmes, est limpide.

«L’éducation est l’arme la plus puissante que l’on puisse utiliser pour changer le monde, » déclare El Khalil Marie-Donatienne, présidente de l’Association Imagine le Monde, en citant feu Nelson Mandela. Elle met l’accent sur le fait que l’éducation primaire pour tous est la clé de tout développement. «Nous avons créé deux classes d’alphabétisation pour les femmes avec le soutien du Rotary Club. Les cours fonctionnent très bien et nous comptons renouveler ce projet. Nous avons réhabilité trois salles avec l’appui de l’un de nos partenaires, une organisation non gouvernementale française baptisée Coup de pouce humanitaire. C’est dans les locaux du collège Abraham, Á  Gonzagueville, », indique-t-elle.

En sus de cela, il nous été donné de découvrir un atelier fonctionnant sous l’égide de l’Association Imagine le Monde et nommé «Perles de femmes » qui comprend 10 femmes et dont l’objectif est d’évoluer en coopérative artisanale. Ces femmes confectionnent des bracelets, des bijoux, des colliers qui sont revendus au pays ou ailleurs. Activité qui leur permet de générer des revenus de façon régulière afin d’assurer leur quotidien, notamment payer le loyer, l’alimentation etc. Ces femmes, pour la plupart, sont des veuves qui ne gagnent pas de grosses sommes d’argent mais elles ont retrouvé une dignité et une certaine fierté, nous ont-elles raconté lors d’une visite guidée. Il s’agit lÁ  d’un laboratoire en vue de l’autonomisation des femmes qui gagnerait Á  être répliqué ailleurs dans le pays.

L’Etat devrait jeter un coup d’Å“il vers ces organisations de la société civile afin de leur apporter un soutien sans faille. Cela favoriserait l’atteinte des objectifs pour le développement durable, notamment l’éducation primaire pour tous, la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation de la femme.

Augustin Tapé est journaliste radio et web, spécialisé en genre et coordonateur de site d’information www.newsivoire.com. Cet article fait partie du service d’information de Gender Links qui apporte des perspectives nouvelles Á  l’actualité quotidienne.


10 thoughts on “Côte d’ivoire : L’alphabétisation, un puissant levier pour l’autonomisation des femmes”

Issa says:

La femme, mère de l’humanité, doit occuper des postes élevés. Reveillons-nous ! Soyons des femmes fortes, des battantes autonomes.

En plus de tout ce qui est fait, nous souhaitons que la Côte d’Ivoire dégage des moyens pour former des enseignants qui dispenseraient des cours d’alphabétisation dans le cadre d’un programme bien defini.

Je soutiens votre projet d alphabétisation. Je souhaite également créer un centre d alphabétisation mais les moyens financiers et la formation des enseignants me causent d’enormes problèmes.

yaya diakité says:

La femme est mère nourricière : elle donne la vie,éduque les enfants. Mieux, dans la vie active, elle sait bien initier,entreprendre et gérer avec brio des activités. Elle est moins corruptible.
Alors ,il reste à les alphabétiser massivement pour booster notre économie…

Gerard Atta says:

Si il est vrai que tout le monde doit être autonome et cela doit se faire en savant lire et écrire

marie chantale behi says:

fléchissant sur la question de l’autonomisation de la femme j’ai découvert qu’il faut impérativement une plate forme d’échange qui regrouperait toutes les compétentes féminines et pour ce faire, il faut obligatoirement que toutes les femmes sachent lire et écrire d’où l’importance de l’alphabétisation, qui est réellement un puissant levier pour l’autonomisation de la femme. j’ai donc créer une ONG qui œuvre dans l’alphabétisation; la scolarisation et l’autonomisation de la jeune fille. et nous recherchons de l’aide en vue de réussir notre mission qui est l’autonomisation de la femme.

Gong Nota Moussa says:

Je suis chercheur au Centre National de l’éducation, j’ai mis sur pied un concept innovant pour l’apprentissage /enseignement de l’écriture (méthode Flores Gong Nota)au élèves et personnes adultes. Pour la pratique de la méthode, des outils didactiques et méthodologies sont disponibles.voir sur le net et YouTube pour plus d’informations.nous sommes disposés de vous accompagner dans votre mission qui est celui d’éduquer notre peuple. Félicitation à vous.

ANTCHE DAHO NARCISSE BAUDLAIRE says:

merci. pour cette information. mais j’aimerai savoir qu’elle est le pourcentage des jeunes filles non scolarisée

Fal bamba says:

Une vie d analphabete implique d être a la merci et aux moqueries des autres

AMAGLO says:

vraiment nos mamans ont besoin d’étre instruite pour nous aider dans les choses académiques. Je soutiens votre projet

Comment on Côte d’ivoire : L’alphabétisation, un puissant levier pour l’autonomisation des femmes

Your email address will not be published. Required fields are marked *