FRENCH

Les femmes d’affaires congolaises s’inscrivent dans le commerce international

De plus en plus de Congolaises se lancent dans les affaires au-delÁ  des frontières nationales. Elles préfèrent laisser au placard leurs coÁ»teuses tenues vestimentaires, portent des pantalons pour être plus rapides dans leurs mouvements car, elles voyagent beaucoup et sont souvent entre deux avions. Dans les aéroports, elles se font remarquer facilement par leur verbe haut et leurs éclats de rires. Destinations: Lomé au Togo, Abidjan en Côte d’Ivoire, Amsterdam en Hollande, DubaÁ¯ aux Émirats Arabes Unis, Bangkok en ThaÁ¯lande, Beijing et Shanghai en Chine et Hong Kong.

En RDC: Une mine d’or nommée “Moringa”

Dans la Bible, il est dit que lorsque les Israelites se sont retrouvés devant une rivière aux eaux amères, le Seigneur leur a conseillé de prendre un morceau de bois qui se trouvait Á  coté et de le jeter dans la rivière afin d’en purifier ses eaux. Il parait que cet arbre, c’est le Moringa. Découvert par les Congolaises, le Moringa Oliofera, arbre Á  multiples usages, est un complément alimentaire et un régulateur métabolique.

La vente des condiments: un moyen efficace de survie

La vente de condiments aux coins de rues de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, est devenue monnaie courante et se pratique en conformité avec les articles 15 Á  19 du Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement qui stipule que les Etats membres doivent tout mettre en Å“uvre pour que les femmes comme les hommes aient accès aux ressources productives et Á  l’emploi.

En RDC: La sécurité aérienne est entre les mains de ‘Maman Gode’

Ce n’est pas une femme comme les autres. Elle est contrôleuse ou aiguilleuse du ciel Á  la tour de contrôle de l’aéroport international de Ndjili en République Démocratique du Congo.

Femmes entrepreneurs ou la difficulté de sortir des sentiers battus…

Légumes en conserves, textile bas de gamme, artisanat Á  faible valeur ajoutée… VoilÁ  Á  quoi se résume bien souvent l’entrepreneuriat féminin. Un état de fait certainement dÁ» – au moins en partie – Á  la position de l’Etat qui, certes, considère désormais l’entrepreneuriat comme une sortie de crise, mais qui l’a longtemps perçu comme un moyen pour les femmes au foyer de contribuer au budget familial. «Des cas de séparation ou de divorce ont vu l’émergence de bon nombre de petites entreprises. Lorsque le mari disait Á  leur femme: ‘Ale gete kouma to pou viv aster’*, les femmes n’avaient pas beaucoup d’options », soutient Vijay Ramgoolam, directeur de la Small Enterprises & Handicraft Development Authority (SEHDA).

Les danseuses exploitées dans les productions musicales congolaises

La Congolaise fait l’objet d’une scandaleuse exploitation par les patrons d’orchestres et par toute l’organisation du show-biz en République Démocratique du Congo (RDC). Ces spectacles de mauvais goÁ»t ont curieusement lieu dans l’indifférence générale : l’Etat se tait et laisse faire. Tout comme le font les femmes activistes, ainsi que les organisations de défense des droits des femmes qui prétendent pourtant s’impliquer dans le combat du genre.

La Congolaise Aminata Timamivuidi: La dame de fer

A 45 ans, la Congolaise Aminata Timamivuidi, divorcée et mère de quatre enfants, est une forgeronne qui a bâti sa forge au prix de l’abnégation et du dur labeur. Diplômée d’Etat en pédagogie et sage-femme, sa carrière de forgeronne remonte Á  1982. C’était au lendemain de son divorce d’avec son mari. Après avoir vainement tenté sa chance dans l’enseignement et le nursing, la forge a servi de tremplin Á  Aminata Timamivuidi.

Travail sexuel en RDC: l’autorité urbaine doit contrôler les «Mingando »

Les efforts d’assainissement des places publiques par l’autorité urbaine de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, commencent Á  se faire sentir un peu partout aux grands carrefours. Cela a commencé par le rétablissement de l’éclairage public et la réfection de certaines chaussées défoncées. Mais le grand ménage doit aussi se faire dans les bistrots tristement réputés pour tapage nocturne, dans certains lieux de culte où les prières sont diffusées Á  haute voix par de puissants haut-parleurs et dans le monde glauque du travail sexuel.

En RDC: le coÁ»t excessif de la dot encourage le concubinage

Pour épouser une femme de nos jours, il faut avoir les poches pleines. Il y a une pratique répandue ces derniers temps Á  Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo (RDC) mais également en Afrique, qui consiste Á  élever plus que de raison le coÁ»t de la dot. Pratique qui est en rupture avec les valeurs traditionnelles.

La Congolaise Cathy Tara Yasimbu vend des Å“ufs pour assurer la survie de ses enfants

« Mon mari est mort depuis 1998. C’est Á  partir de lÁ  que j’ai eu l’idée d’avoir un poulailler pour assurer la survie de mes enfants. J’en ai cinq. J’ai envoyé deux d’entre eux Á  l’étranger. Les trois autres ont terminé leurs études supérieures grâce aux revenus générés par le poulailler », déclare fièrement la Congolaise Cathy Tara Yasimbu.