Mialy Rajoelina: une première dame qui sort de l’ordinaire

Mialy Rajoelina: une première dame qui sort de l’ordinaire


Date: July 28, 2011
  • SHARE:

Son mari a accédé au pouvoir dans des conditions difficiles et loin d’être démocratiques. Mais Mialy Rajoelina a su se faire respecter en tant que première dame de la République de Madagascar: elle est descendue sur le terrain, a parlé aux gens et a conquis le cÅ“ur de la population et des femmes malgaches en particulier. Elle est déterminée Á  améliorer leur qualité de vie.

Certains estiment qu’elle est l’agent politique de son mari, Andry Rajoelina, ancien maire de Tananarive et actuel président de la Haute Autorité de Transition de Madagascar. Mouvement qui a été institué en 2009 après que le président d’alors, Marc Ravalomanana, ait été contraint d’aller en exil. Si pour le moment, c’est le retour de l’ordre constitutionnel qui préoccupe la communauté internationale, Mialy Rajoelina n’est pas restée dans sa chambre comme épouse d’un des plus jeunes dirigeants africains. Elle a décidé de parcourir la Grande Ile et d’aller vers les démunis dont une bonne partie sont des femmes.

Pour agir, elle a fondé l’association Fitia, qui a pour but de recueillir des donations et de les offrir aux plus vulnérables. Madagascar reste un des pays les plus pauvres au monde et les femmes malgaches souffrent beaucoup de ces turbulences politiques et économiques qui les privent de l’accès aux articles de première nécessité.

Mialy Rajoelina est au courant de ces choses et même si en tant qu’épouse d’un chef d’Etat, elle doit peaufiner l’image de ce dernier, elle a quand même voulu parcourir l’île pour connaître les réalités de ses congénères.

Élue femme du mois d’avril 2010 par la «Revue de l’Ocean Indien », Mialy Rajoelina a insisté sur le fait qu’elle ne fait pas de politique. «La politique et moi, on fait deux. Et puis, être l’épouse du président de la Haute Autorité de Transition est déjÁ  un travail Á  plein temps pour moi. Le stress, les inquiétudes et les insomnies font partie de mon lot quotidien. Je peux vous assurer que tous les jours, Andry et moi découvrons des choses les plus invraisemblables et inimaginables. Donc, cela ne m’intéresse pas du tout d’entrer en politique. Je me sens nettement mieux Á  m’occuper du volet purement social. Cela m’épanouit et je préfère m’en tenir Á  cela ».

L’association Fitia a connu un succès dès son lancement, même si des observateurs politiques la taxent d’être une agence de propagande. Mialy Rajoelina a son explication sur le succès en question. «La Fitia a été un succès parce qu’elle a permis de constater le formidable élan de solidarité dont les Malgaches savent et peuvent faire preuve en toutes circonstances, heureuses ou malheureuses. J’ai été particulièrement touchée par le fait que la Grande Caravane de la Solidarité ait pu être autant fédératrice. J’étais fière et émue par ce geste de main tendue et je remercie d’ailleurs ici tous ceux qui ont fait que cette première étape de la grande caravane ait été un succès, Á  savoir les généreux donateurs et les participants au sein de l’organisation. La caravane diffère des autres manifestations de ce type essentiellement parce qu’elle a été créée dans un but purement social, sans que la politique ne vienne interférer dans les Å“uvres que nous accomplissons au sein de l’association. A vrai dire, l’association Fitia a été créée pour faciliter la collecte de fonds et de dons émanant de différents donateurs nationaux ou internationaux, et cela après nos différentes actions de sensibilisation en faveur des couches les plus démunies de la population malgache. Je veux rassurer ces donateurs quant Á  la destination de leur aide parce que pour différentes raisons, ils ne veulent pas que leur geste soit associé Á  la politique. J’abonde dans leur sens. J’ai toujours fait des actions sociales parce que j’ai été éduquée pour venir en aide Á  mes semblables. »

Mialy Rajoelina poursuit en disant qu’au moment où son mari a accédé Á  la tête du pays, elle a pu visiter plusieurs régions de la Grande Ile et a réalisé combien la situation dans laquelle le peuple malgache vit est dramatique. «Cela n’a fait que renforcer mes convictions. J’ai envie d’apporter une petite part de bonheur Á  mes compatriotes qui souffrent de la misère. Si quelque part, cela peut servir mon époux, tant mieux pour lui. Mais ce n’est pas mon objectif. Petit Á  petit, les plus sceptiques le réaliseront, » a-t-elle affirmé.

Bien que la majorité des femmes malgaches soient convaincues que Mialy Rajoelina apporte un soutien politique direct Á  son mari, elles reconnaissent qu’elle a transformé le poste de première dame, le rendant plus attirant aux yeux d’une nation qui en a vraiment besoin.

Leevy Frivet est journaliste Á  Maurice. Cet article fait partie du services de commentaires et d’opinions de Gender Links.

 


One thought on “Mialy Rajoelina: une première dame qui sort de l’ordinaire”

rakotonomena bezanozano says:

interessant

Comment on Mialy Rajoelina: une première dame qui sort de l’ordinaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *