RANDRIANAMBININA Célestin Bona – Madagascar

RANDRIANAMBININA Célestin Bona – Madagascar


Date: October 12, 2015
  • SHARE:

L’éducation n’est pas Á  négliger, c’est la clef du développement

Ce fut en 2013 que j’ai rencontré Gender Links (GL). Ils nous ont informés sur les missions, les raisons d’être de cette organisation mais ils ont également présenté les communes centres d’excellence et le processus Á  suivre pour que notre commune en soit un. Après des éclaircissements, nous nous sommes engagés dans le processus. Etant donné qu’il nous a été difficile de mobiliser d’un coup tout le personnel de la mairie, nous avons commencé par les staffs, ensuite les conseillers puis les fokontany et enfin les services déconcentrés. Les activités commencent déjÁ  Á  apporter leurs fruits, sur les huit (8) écoles primaires publiques existantes dans la commune d’Ambovombe, 7 des directeurs sont des femmes. Pour moi, en tant qu’enseignant, l’éducation n’est pas Á  négliger, c’est la clef du développement.

Il faut souligner que nous avons déjÁ  été informés sur le concept du genre avant l’arrivée de GL mais nous n’avons pas encore compris les enjeux et nous n’étions pas encore convaincus. Des femmes, membres du staff ont déjÁ  reçu une formation et ce sont elles qui nous ont aidés Á  mettre en place le système. Par contre, nous trouvons que le séjour de GL Á  Ambovombe a été très court.

Quels sont les changements qui se sont opérés en moi ? Commençons par les perceptions et la représentation de la femme. J’ai commencé Á  voir ma femme comme étant une égale. J’ai commencé Á  lui faire confiance dans la gestion du foyer et de la famille.

Vous savez certainement l’attachement de la population du sud de Madagascar Á  leurs traditions, l’Androy est caractérisé par des pratiques dévalorisant les femmes. J’ai commencé Á  considérer cela d’un Å“il un peu critique et j’ai décerné qu’il y avait quelque part de la violence et une forme de discrimination. Ensuite, j’ai été élu président de notre église, ce qui m’a fait voir les choses encore plus différemment. Concernant la direction des affaires de la commune, nous avons aussi apporté des changements : nous avons actuellement des femmes dans des postes Á  responsabilité, le nombre de femme travaillant au sein de la commune a augmenté de 30%.

Je suis une personne de nature responsable, j’ai été délégué de classe quand j’étais encore élève, je dirigeais des groupes de travail, etc. Le fait que maintenant je suis sensible au genre n’a pas changé cela, au contraire, cela m’a incité Á  responsabiliser les autres et de les engager avec moi. La preuve est que le nombre des femmes candidates aux prochaines élections communales a augmenté.

Dans un futur très proche, je vais encore faire plus que ce que j’ai fait jusqu’Á  présent. Si vous regardez ma liste pour les communales, elle est zébrée.

Pour conclure, je souhaiterais que la loi sur la parité soit adoptée ainsi que d’autres textes sur l’égalité des genres.

 


Comment on RANDRIANAMBININA Célestin Bona – Madagascar

Your email address will not be published. Required fields are marked *