Images

Roumaan au sommet du Kilimandjaro_L’Express Dimanche

Du 5 au 9 Mars, elle ira, avec des grimpeurs venus des différents pays Africains, a la conquête du Kilimandjaro en Tanzanie. Roumaan Issemdar représentera ainsi Maurice dans la lutte contre la violence faite aux femmes. Rencontre.
Etudiante en troisième année de sciences politiques Á  l’université de Maurice, Roumaan Issemdar a un emploi du temps plus que rempli. Commissaire national des louveteaux, la jeune femme de 22 ans s’implique corps et âme dans le social. En novembre dernier, elle s’engage dans l’organisation Men Against Violence (MAV) branche de Women In Networking (WIN). Apres une formation, elle participe Á  des réunions et ateliers pour sensibiliser principalement des garçons Á  la violence faite aux femmes.
Et lorsqu’elle apprend qu’Africa Unite to End violence against Women and Girls organize la campagne Climb up-Speak out! Au Kilimandjaro, elle ne se fait pas prier pour déposer sa candidature. Emballée, elle explique : « J’aime relever les défis, et grâce au scoutisme j’ai cette passion pour l’aventure et pour la nature. En plus, un ami m’avait parle du Kilimandjaro, alors je n’ai pas hésité et j’ai postule. »
La candidature de Roumaan, qui correspond aux qualités recherchées par l’organisation- elle a un bon bagage académique et elle est également active dans le social- est acceptée a la fin du mois de décembre. C’est ainsi que l’aventure Kilimandjaro, le plus sommet africain, commence pour elle. Entre ses cours, la paperasse Á  remplir et les entrainements, elle ne chôme pas.

Ayant fait l’école buissonnière. Deux sÅ“urs droguées et abusées sexuellement._Le Defi-Plus

Deux sÅ“urs que nous prénommerons Anastasia, 12 ans, et Sharon, 16 ans, ont porte plainte contre leurs petits amis, âgés respectivement de 18 et 26 ans. Elles affirment avoir été droguées et abusées sexuellement. Récit…
C’est l’histoire d’Anastasia, 12 ans, et Sharon, 16 ans, deux Port-Louisiennes. Les deux sÅ“urs l’ainée fréquentant un collège prive et l’autre un collège confessionnel, ont boude l’école pour passer un bon temps avec deux hommes, nommément Yanick Jules., 26 ans, et Kenny V., 18 ans. Au menu de leur escapade, du sexe et de la drogue. Leur manège a été mis au jour, et mis devant les faits accomplis, les frangines ont tout raconte.
Une déposition a été consignée au poste de police de Baie-du-Tombeau, ce en présence des officiers de la Child Protection Unit (CDU). C’est une histoire de pains qui a permis aux parents de découvrir le petit jeu de leurs filles.
Nous sommes le 3 février. Il est 7h50 et les deux filles sont toujours Á  la maison. Le père irrité par cet état de choses, leur reproche leur insouciance, vu que les classes débutent Á  8 heures tapantes. Apres le sermon, Anastasia et Sharon prennent le chemin de l’école.
Toutefois elles oublient de prendre leur déjeuner respectif. Constatant cet oubli le père demande Á  son épouse de téléphoner aux collèges des filles pour savoir si elles étaient en retard. On leur apprend qu’aucun retard n’est enregistre. Les parents sont alors rassures. Mais ce sera de courte durée, car cinq minutes plus tard, ils apprennent qu’Anastasia et Sharon ne se sont pas présentées Á  leur collège respectif. C’est la panique. « J’étais inquiète. J’ai passé la journée Á  les chercher », nous dit la mère.
Gandia et poudre marron :
A la leur retour, dans l’après-midi, Anastasia et Sharon sont interrogées par leurs parents. Pour toute réponse, elles diront qu’elles étaient Á  l’école. Mais en apprenant que leur parent avait été informés de leur absence, elles allaient vite revenir sur leur paroles en disant qu’elles flânaient dans les arcades de la capitale ou encore qu’elles étaient a l’église.

« Le coup d’envoi des élections municipales après les fêtes religieuses »._Le Matinal

Herve Aimée a précisé que le coup d’envoi des élections municipales aura lieu après la tenue des fêtes religieuses. « Mwa mo pa kapa dir ou kan eleksyon minisipal, se prérogative Premier minis, sa » a-t-il ajoute. Il a dit soupçonner une ‘connotation communale’ concernant la prise de position du leader du MSM Pravind Jugnauth, par rapport a sa proposition faite a SAJ sur le redécoupage électoral.
Dans son document, « MSM accuse, en effet, le ministre Herve Aimée de ‘gerry madering’ ethnique. Selon ce dernier, c’est la première fois qu’un parti politique qui vient quitter le gouvernement formule des propositions seulement pour les citadins et pas pour les villageois. Il a ajoute que la New Local Government Act (NLGA) a crée trois nouveaux conseils de district et qu’il y a aussi de nouvelles délibérations.
Il a affirme que la loi, votée en 2011, date de mai 2010. « elle a été amende quinze fois au moins, ce qui veut dire que le leader du MSM n’a jamais accepte, en sa qualité de ministre de finances, d’assumer les couts de l’adoption ce projet de loi, a dit le ministre, et j’attire l’attention sur le fait que c’est la première fois que le délimitations des villes et des villages se trouvent dans le projet de loi alors que ce n’était le cas auparavant. »

Energies renouvelables- D’ici 2014 Un parc de 14 éoliennes installes Á  Plaine-Sophie_Le Mauricien

Le CEB a choisi le consortium Suzlon-Padgreen ‘preferred biddes’ pour ce premier projet au cout de Rs 2 milliards.
Passer de la parole aux actes. C’est dans cette optique que le Central Electricity Board (CEB) a choisi comme ‘preferred bidder’ le consortium Suzlon-Padgreen, sur un total de onze soumissionnaires, pour l’installation d’un parc eolien de 14 ‘Wind turbines’ pour la production de 29,4 mégawatts d’électricité âpres un concours international lance en avril 2011.
Cette ferme éolienne, qui devrait être opérationnelle d’ici 2014, âpres deux années de travaux, au cout de Rs 2 milliards, sera située a Plaine Sophie. Elle s’insère dans le cadre des moyens actuellement mis en Å“uvre pour que le concept MID (Maurice Ile Durable) ne soit pas un éléphant blanc. Un engagement personnel du Premier Ministre Navin Ramgoolam, qui dans son intervention lors du « 21st Century Energy Agenda Africa » avait pris l’engagement dans la mise en place des parcs éoliens. Le premier ministre avait même parlait de l’ouverture de deux parcs.
Le premier du genre sera de ce fait installe Á  Plaine-Sophie sur un terrain que le CEB allouera au consortium Suzlon-Padgreen une fois le contrat signe entre les deux parties. Le CEB s’engage bel et bien dans une politique de production d’électricité a partir d’une énergie renouvelable, a savoir le vent. La letter of intent a été tirée au nom du consortium Suzlon-Padgreen depuis quelques semaines déjÁ . Avec une vitesse du vent de l’ordre de 6 mètres par seconde, Plaine-Sophie, selon les renseignements, dispose de toutes les conditions nécessaires pour la production de quelque 30MW d’électricité demandée.

Les filles mieux que les garçons._L’Express

Six victoires Mauriciennes dans la compétition-phare du Tournoi international de Maurice (Timau), hier après-midi au gymnase Pandit Sahadeo, Á  Vacoas. En juniors et seniors, nos représentants sont en effet montes, a six reprises, sur la plus haute marche du podium. Une performance appréciable qui porte, surtout la griffe des judokates.
Les filles ont mieux fait que les garçons Á  l’ occasion de cette 18e édition de notre tournoi international. L’équipe féminine a ramené quatre succès, grâce a Sarah Silva, Jessica Samoisy, Marie Michelle Godin et Annabelle Laprovidence. Les représentants ont, de leur cote décroché que deux premières places, avec Olivier Pierre-Louis et John Nanon.
La présentation mauricienne est qualifiée de convenable par le Directeur Technique de la Fédération Mauricienne de Judo et de Disciplines Associes (FMJDA).
« On ne peut pas faire la fine bouche. On est satisfait des résultats de nos judokas. Le mode d’entrainement a change pour eux, depuis quelques temps et ils ont besoin de temps, pour tout assimiler, afin d’en récolter les fruits du travail », soutient Joseph Mounawah.

Les pompiers accueillent des femmes pour la première fois._L’Express

Elles ont choisi de tout laisser pour affronter le feu. Cinq femmes suivent actuellement une formation auprès du Fire Services en vue de devenir sapeurs À“pompiers. Une première dans ce service qui jusque-lÁ  n’a compte que des éléments masculins.
Cette unité emboite ainsi le pas Á  la force policière, qui compte déjÁ  un grand nombre de femmes. « On n’a pas le droit de faire de la discrimination. On est tenu de faire de la place aux femmes et c’est bon qu’il en soit ainsi », déclare Louis Pallen, Chief Fire Officer.
Les nouvelles recrues sont : Premika Teeluckdharry, qui était dans l’enseignement prie, Poonam Bisto, ancienne Prison Officer, Jaya Sooben, ex-secrétaire financière dans une firme privée, Pretima Bundhoo, qui officiait a la poste, et Rajeshree Jowaheer, qui a travaillait dans un centre d’appel. On a pu voir ces futures femmes du feu Á  l’Å“uvre, avant-hier, a la caserne de Coromandel.
Début de journée a 8h30 tapantes pour nos cinq futurs sapeurs-pompiers. Elles prennent part Á  la parade puis a une séance d’éducation physique. Place ensuite Á  la cour théoriques et pratiques afin de se familiariser avec les techniques d’intervention, que ce soit en cas d’incendie ou d’accident.

Situation Economique Difficile Consommation: vers une dégradation du niveau de la vie-Le Defi Plus

Acheter moins, consommer de manière responsable. Tel devrait être le mot d’ordre cette année dans un contexte économique précaire. Les observateurs appréhendent un déclin du niveau de vie et livrent leurs conseils pour aider les consommateurs Á  passer l’année sans trop de heurts.
La société de consommation victime de ses excès est-elle vouée a disparaître pour laisser la place a des consommateurs devenus « responsables » ? Une chose est sure : depuis l’éclatement de la crise économique en 2008, certains Mauriciens se montrent plus prudent en faisant leurs achats. Ils sont de plus en plus nombreux Á  comparer les prix, Á  negocier. D’autres consommateurs, évitent les produits superflus, planifient davantage leur budget.
« Les gens se montrent plus raisonnables. Ils réfléchissent Á  deux fois avant d’acheter quelque chose. On l’a d’ailleurs constate lors des festivités de fin année », souligne Denis de Spéville, président de l’association des Emprunteurs Abuses.

L’interview de SaÁ¯d Ameerbeg « La provocation pousse des personnes Á  basculer dans la violence »-5-Plus Dimanche

Quatre Crimes en quatre jours…Est-ce-que la violence gagne du terrain ? Comment faut-il interpréter ce qui se passe ? La parole a un sociologue.
Il y a eu plusieurs agressions mortelles depuis le début de 2012. Quelle est votre analyse sur ce qui se passe dans notre société ?
Notre société semble aller Á  la dérive en ce qui concerne la relation humaine. Pour atteindre leur but dans la vie, beaucoup tombent dans le piège de l’hypocrisie et font semblant d’entamer de bonnes relation humaines avec leur voisins. De nos jours, le matérialisme prime a tout prix. En, somme, notre société est malade, envahie par le ‘Moi’. Cette maladie affecte notre société et entraine des situations qui mènent vers des actes comme des agressions mortelles.
Depuis l’année dernière, les cas d’agressions impliquent souvent des couples. Comment expliquez-vous cette tendance ?
Les causes peuvent être multiples. Il y a, par exemple, l’usage de la drogue par un des conjoints ou lorsqu’il y a un des deux, disons le mari, qui dépense beaucoup d’argent ou encore lorsqu’il y a un manque de dialogue entre un mari et sa femme. L’être humain cherche toujours de la chaleur humaine. On vit pour être apprécié et aime. Parfois la femme, en manque d’affection de la part de son mari, va chercher ailleurs. Elle se trouve alors un amant. Cette situation aggrave les bonnes relations du couple. Il y a souvent des agressions verbales qui se terminent par une agression mortelle.

Pour avoir mendie avec ses enfants en bas âge. Une mère dans de beaux draps.-Le Defi Quotidien

Rosabelle P., une mère de 39 ans, a été arrêtée par la police. Elle était en compagnie de sa fille âgée de 19 ans. Elle aurait encourage ses deux enfants, de 4 et 6 ans respectivement, a mendier dans la capitale. La raison : son époux ne trouve pas du travail car il a fait de la prison.
La misère serait la cause de tout leur tourments jusqu’a les amener Á  mendier dans les rues. Six filles, âgées entre 2 Á  19 ans, n’ont pas le choix. Leurs parents les obligeraient Á  mendier dans différentes régions de l’ile. La mère et sa fille de 19 ans ont été arrêtées, le 30 décembre dernier.
C’est la consternation. Deux fillettes sont repérées par la police vendredi matin, soit le 30 décembre vers 9hr30. Elles stoppaient des motocyclistes sur la gare du Nord. Interrogées, les petites expliquent que leur mère, qui se trouvait un peu plus loin, leur demander de mendier. Rosabelle P. est sa fille ainée, Sevrine, ont été placées en détention policière. Les deux fillettes, elles, ont été placées dans un shelter. La police a, lors de cette arrestation, saisi une boite contenant Rs469. Cette somme proviendrait d la mendicité, selon les enquêteurs.
Rosabelle P. vit avec sa famille, son mari et ses enfants, Á  Gentilly, Moka, loin des appartements luxueux, dans une modeste demeure. Leur maison, construite sur un jardin et recouverte de verdure, est Á  peine remarquable. Jeudi dernier Rosabelle P. regagne son domicile âpres avoir paye Sr 480 pour les frais de papiers.

Scandale a la sécurité Sociale Un officier de Cassis arête pour attentat a la pudeur-Le Defi Quotidien

« Je te touche les seins, tu touches les sous… » Tel serait le chantage exerce par cet officier de la Sécu sur ses victimes. Trois Port-Louisiennes ont porté plainte auprès de la police de Bain-des-Dames.
Elles dénoncent les agissements de P.R, 59 ans, un officier affecte au bureau de la sécurité sociale de Cassis. Deux d’entre elles l’accusent d’attouchements, et toute trois l’accuse de harcèlement. « Le mardi 17 janvier, il m’a prise par surprise. Il m’a flanque une claque sur une fesse », soutient l’une des présumées victimes alléguées. Un autre déclarera dans sa plainte : « Kan line vine visite mo la case, li fine attrape mo sein… »
Yasmine(prénom fictif), 38 ans, mère de trois enfant, et Saida (prénom fictif), 41 ans, mère d’un enfant de 9 ans, ont porté plainte au poste de Bain-des-Dames, mercredi 18 janvier. Carine (prénom fictif), 22 mère de deux bambins de trois ans et un an et demi, a porté plainte le vendredi 27 janvier.
Carine affirme que P.R lui aurait fait des avances chez elle et qu’il lui aurait touche un sein. « Li ti vine visite mo la case. Kan li sorti li attrape mo sein a mon insu. Li dire moi li pou amène film X la case pou nou guette ensemble », soutient-elle.